Le Rapport sur la Galaxie Messier 101, Ben

Cette grande aventure spatiale se nomme donc : Le Rapport sur la Galaxie Messier 101.

L’Epopée HïJi représente mes dix-huit premières années et l’envie d’écrire une histoire qui serait pour moi la meilleure histoire qui pouvait être raconté et ne l’avait pas été. Cela reste l’unique récit de Poetic-Fantasy que j’ai conçu et le restera.

Les dix huit autres années seront le récit d’une autre histoire, d’une nouvelle, qui seule à l’envergure de l’Epopée HïJi. Pour ce nouveau projet grandiose et exigeant, j’ai choisi un thème que j’ai laissé longtemps en suspens pour attendre le moment propice : le Space Opera. Cette grande aventure spatiale se nomme donc : Le Rapport sur la Galaxie Messier 101. Pour faire écho avec l’Epopée j’hésitai entre le mot Odysée, puis me vint l’idée d’Exode. Enfin, j’ai opté pour la métonymie qui me semble un procédé très français et j’ai choisi le mot Rapport. Le gigantisme de l’action étant contenu par Messier 101, puisque cette Galaxie est près de deux fois plus grande que la notre, la Voie Lactée, et qu’elle fut découverte par un français. 

 

L’Epopée était d’abord un hymne à la nature, puis au récit d’aventure et enfin au sentiment poétique, qui peut se rapprocher du haïku, sobre et sensoriel, mais pour ma part est né de la lecture des poètes français. Je racontais avant tout un récit d’art et d’action, de dépaysement et d’émotions, je n’osais faire jouer le rôle de femme car l’un des grands principes de cette épopée poétique, et défi original, était de suivre pas à pas le narrateur dans un monde aussi vaste. Au niveau de réflexion où je pose mes personnages c’est une démarche rare. Puis, le groupe dans son ensemble, les 5 personnages principaux de l’Epopée, devaient connaître le même traitement et conserver le sentiment de groupe. Tout cela pour dire que j’ai choisi plutôt de raconter deux garçons, deux hommes, l’opposition entre eux, entre deux facettes de soi, du monde et de la moral.

Dix-huit ans plus tard, et de recherche, je pouvais enfin aborder le même principe avec une femme. J’observais les femmes agissantes en homme sans grande conviction quand au résultat, et il existe certes des modèles intéressant dans l’Histoire des histoires, cependant, vu le prix de mon originalité, je devais concevoir ma propre vision. J’en suis d’autant plus fier que j’ai réussi un second pari : celui de mettre en scène, ensuite, un couple. Sans faire perdre le pôle féminin, et en plus sans oublier la dynamique masculine autour de ces deux explorateurs.

de BEN, après un an d’écriture.

14/07/18

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s