Legend of Zelda : Bouffée d’air sauvage

Signons l’article légendaire d’une jeu légendaire.

Nous avons une saga atypique mettant en avant l’intelligence et l’aventure, la durée avec exigence de variété. Une saga redondante et cependant prenante. Redondante par sa structure narrative identique depuis le 3 (avec son épée Excalibur), prenante par son système laissant une belle marge à la recherche et la réflexion.

Ce matériau de bonne qualité va donner lieu à un renouveau intégral attendu depuis plus de 20 ans. La console sortie, la bonne avec les capacités le permettant, Nintendo ose le coup de maître : Breath of Wild.

Zelda c’est la vision orientale des contes du roi arthur, c’est la fascination de l’autre côté du globe pour les épopées européennes chevaleresques…Quoi de plus beau que le brassage !

Liberté Artistique, étendue magnifique

 

Tout commence par le trait d’un certain Myazaki, une rencontre graphique et une licence unique : Zelda. Combiner les deux, offrir la vision définitive de cette épopée unique. Le travail des équipes artistiques de Nintendo ont réussi un pari esthétique et ludique qui restera plusieurs décennies comme la référence indiscutable. La finesse aura été le maître mot d’une œuvre gigantesque, sensible et intéressante.

Ensuite, débarrasser cette Légende of Zelda du travers japonais : l’immobilisme. La répétitivité, l’éclater. La redondance du mythe l’exploser. Réunir toutes les variations de ce thème et le transcender, c’est à dire lui offrir le vrai cadre de la vraie histoire à raconter. L’histoire d’ amour entre Link et Zelda, et d’un royaume sans cesse menacer. Casser l’ancien moule de la femme, héroïne figée, pour la femme qui sauve le royaume, celle qui est la force finalement, femme omniprésente et parlante, femme sage et battante, travers de cette jalousie envers l’homme qu’on lui propose en modèle. Link, muet et patient, défendant et spécialiste, essuie les colères…et à Zelda enfin de découvrir qu’elle ne doit pas être Link. Elle doit réveiller ce pouvoir féminin qui n’a jamais existé dans cette position ou sphère : c’est à dire face à face avec le mal final. Zelda est la princesse du royaume, la descendante Royale et légitime. Aucune sorcellerie, sa pureté elle la tire de ses études, sa bonté de son retrait inquiet et enfin son réel pouvoir, qui ne semble vouloir se réveiller, le fera uniquement pour une seule raison : elle verra Link sur le point de mourir. Link le patient, celui à qui la parole n’est pas donnée, celui de qui on attend les actes, celui qui l’a défendue sans demander en retour, qui l’a compris en dépit de ses colères injustifiées. A savoir si Link savait qu’elle serait le salut…la fable reste incomplète.

 

Les dissimilitudes avec l’Epopée Zelda

 

La quête commence au Prélude, un endroit surélevé où l’on découvre le nouveau gameplay Breath of Wild. Le Roi déguisé en mendiant guide, interroge, intrigue…teste Link. La sensation de liberté est exceptionnelle : depuis Zelda 3 il n’y avait pas eu une rupture si profonde dans le jeu vidéo et ce qui se faisait en même temps que l’on a le sentiment que chaque pas dans cet univers est une découverte.

L’idée de 4 grandes entités comme équilibre d’Hyrule, Quatre prodiges protecteurs, quatre gigantesques créatures divines, est neuve et enrichit la narration. Ces quatre piliers sont à réveiller pour combattre Ganon. Quatre zone différentes, quatre zone de déplacement radicalement différente et que l’on ne peut pas traverser dans les mêmes conditions. C’est l’un des exploits de Breath of Wild.

 

Breath of Wild est le résultat de l’expérience Wii U. Nintendo a développé dans chaque jeu un gameplay, des idées novatrices, comme des essais de directions du jeu vidéo. Il a trouvé des idées, développé des concepts, la plupart au-delà des mots et uniquement sensoriel, logique, ludique. Ce Zelda légendaire, somme de tous les Zelda, est aussi la somme de tous les gameplay trouvés dans les autres jeux Wii U. Ils forment le socle si riche de l’expérience variée de ce jeu, socle sur lequel va s’élever ensuite ses idées de gameplay propre. C’est la raison pour laquelle un titre si puissant et unique connu deux sorties simultanée sur deux consoles. Mieux, c’est pourquoi à lui seul il porta l’arrivée de la nouvelle console, sans prévenir, et qu’il lui offrit le succès qu’on lui connaît, la Switch.

Tout ce qui est rare, me rend plus fort

 

Est-ce qu’on peut espérer un jour mieux en expérience vidéo-ludique ? Jamais les conditions n’avaient été réunis avec tant d’incroyables exigences. Nintendo ne savait pas toutes les embûches qu’ils allaient rencontrer en osant mettre en route Legend of Zelda : Breath of Wild. Il ne savait pas non plus que ce jeu les sauverait du gouffre dans lequel ils ont failli sombrer. Mieux : ils savaient par contre l’impact que ce jeu aurait sur le monde. Breath of Wild est la signature victorieuse du combat solitaire de Nintendo à croire en l’art et le défendre. Qui s’en est rendu compte ?

Des Usages de la Liberté – 13

Benjamin K.
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s